Basketball

BC OKAPI : « les okapis sont rares, ils deviennent forts par leurs talents, ils sont chers »

Epris du désir d’encadrer la jeunesse, un ancien basketteur fait rayonner le basketball de la ville de Beni à travers les « okapis ». Créé depuis 2009, le basketball  Club Okapi (BC Okapi) est aujourd’hui l’un des meilleurs clubs de la province du Nord-Kivu avec des jeunes aux talents incommensurables.

Dans une interview exclusive nous accordée à Beni, dans la province du Nord-Kivu, le fondateur du club champion de Beni, le colonel Marcel Kayehera, malgré ses multiples tâches  sous le drapeau national s’est confié à www.sportac.net dont voici la transcription :

Sportac : pourquoi les okapis et quel est le bilan après plus de six ans de création ?

Colonel Marcel : vous savez cet animal est rare, il vit qu’en RDC, j’ai été soucieux d’encadrer la jeunesse. Voilà pourquoi j’ai eu l’idée de créer cette équipe de basket, une discipline que j’ai eu à pratiquer durant mon jeune âge. Partout où j’ai eu à passer, j’ai toujours été inquiet de voir les jeunes s’enrôler dans l’armée, s’adonner à l’alcool, aux banditismes etc. cela donne l’envie d’aider la jeunesse au travers le basketball. Mes Okapis sont devenus forts au fur et à mesure qu’ils ont pris connaissance du championnat d’élite de la ville de Beni. Aujourd’hui, nous sommes détenteurs du trophée de l’entente urbaine de Basketball de Beni. Nous sommes quatre fois champions du « grand Nord-Kivu »

Sportac : lors des vos dernières prestations au championnat provincial, vous avez été atomisé par les cadors mais aujourd’hui vous tenez la tête haute. Ce quoi le secret?

Colonel Marcel : c’est le fruit du dur labeur et de la concentration devant l’objectif. On a grandi, je crois, devant les équipes de Goma, le score sont actuellement très serré. Je suis sûr et certain que cette année, on va décrocher une victoire à Goma vu que l’an dernier l’an a été quatrième au classement général à l’issue du championnat provincial.

Sportac : vos ambitions pour l’avenir?

Colonel Marcel : devenir l’un des grands clubs pourvoyeurs des talents en république démocratique du Congo. Je voudrai voir mes joueurs gagner leur vie et faire fortune grâce au basket. Ces jeunes sont pris en charge par le club, ils reçoivent des bourses d’étude pour leur scolarité.

Sportac : on vous entrainer les jeunes, Okapis songent déjà à sa pépinière?

Colonel Marcel : nous avons déjà amorcé les travaux de construction de notre propre stadium, le terrain va porter le nom de « stadium Okapi », la Monusco va nous aider pour le comptage du terrain, après nous allons y mettre le pavé et les arceaux pour que d’ici le début de l’année 2018 nous puissions l’inaugurer.  Je suis entrain d’apprendre aux débutants le basket pour qu’à la longue les okapis continuent d’exister même après mon départ.  Je ne suis pas le seul coach du club, il y a Bienfait qui revient de Mambasa qui va poursuivre les travaux quand je serai en France vu que le gouvernement  a voulu que j’aille à Paris en vue de mon master pour que je serve bien mon pays sous le drapeau. Mon séjour parisien sera aussi bénéfique pour le club, non seulement les contacts seront intensifiés avec les grands basketteurs du monde mais aussi un partie de mon solde va aider le club à survivre. Je serai en contact avec eux pour chaque fois s’imprégner de leur évolution.

Dans le prochain post sur BC Okapi, nous tenterons de faire un aperçu général sur les transferts des joueurs, le palmarès, les matches amicaux livrés à Bunia et Butembo.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App